Modele cerfa dpae

16 Fév 2019

Près de 27 ans se sont écoulés avant la prochaine tentative. En décembre 2008, une occasion s`est présentée lorsque le parc national de Panna s`est révélé dépourvu de tigres. En mars de l`année suivante, le Département forestier de MP a décidé de repeupler Panna avec des tigres, en déplaçant quelques grands chats ici d`autres habitats, tels que Kanha, Pench et Bandhavgarh. Aujourd`hui, le parc national de Panna abrite plus de 35 tigres-des six tigres qui ont été amenés ici. Cela a été suivi par la translocation de 50 Gaur (Bison indien) de Kanha à Bandhavgarh en 2010 et 2011, avec l`aide d`experts sud-africains. Avant cela, le dernier bison aperçu à Bandhavgarh avait été en 1998. Aujourd`hui, la réserve a une population stable. Depuis lors, le Département forestier de MP a déplacé Barasingha de Kanha à la réserve de tigre de Satpura, Buck noir de champs agricoles à Kanha et cerf tacheté de Bandhavgarh, Pench et Van Vihar parcs nationaux à diverses autres forêts de l`État. Alors que les Tigres déplacés sont déplacés individuellement-après avoir été tranquillisés-bison, le Barasingha et le cerf tacheté sont translocalisés en utilisant la méthode de «capture passive». La méthode implique la mise en place d`un BOMA (enclos) dans lequel les animaux sont autorisés à errer. La sortie de la BOMA mène à l`arrière d`un camion spécialement conçu.

Après que les animaux capturés soient emportés dans le camion, ils sont transportés dans leur nouvelle maison, où ils sont libérés. Il est 42 degrés Celsius à l`ombre. C`est la région de Bundelkhand du Madhya Pradesh, et l`expert en faune Kartikeya Singh, à la demande de la députée locale, se prépare pour un voyage à Chhatarpur. Sa mission: sélectionner un site pour la capture et la relocalisation possibles du nilgai. Ces animaux, originaires de la région, sont connus pour ravage les récoltes des agriculteurs locaux qui sont particulièrement chères aux communautés pauvres de cette région. Depuis décembre, Singh-qui dirige la faune et les services forestiers, peut-être le seul Conseil privé de gestion de la faune de l`Inde-a aidé le ministère forestier de la MP capturer et déplacer 27 nilgai des champs d`élevage du district de Mandsaur. Les animaux ont été libérés dans un sanctuaire voisin, dans le cadre du plan alternatif du ministère pour faire face au conflit homme-animal. C`est une option plus humaine que la méthode traditionnelle: réduire la population de nilgai en tuant un certain pourcentage des animaux, une pratique connue sous le nom d`abattage.

De nombreux États, tels que le Bihar, emploient actuellement cette dernière méthode. Cette relocalisation de nilgai des champs d`élevage aux forêts protégées n`est qu`une des nombreuses opérations de translocation entreprises par le ministère forestier des MP au cours des dernières années. Cette approche de la gestion de la faune-quoique commune dans des pays comme l`Afrique-est nouvelle, même en dehors de la boîte dans ce pays. Le député est le seul État du pays à avoir tenté de le faire sur une si grande échelle, marquant un passage de la gestion «passive» de la faune à un mode plus «actif». Jusqu`à présent, des centaines d`animaux ont été déplacés vers de nouveaux habitats. Rahul Noronha, déménagement de l`homme «l`Inde aujourd`hui» 8/5/2017 les premières tentatives de translocation de la faune en MP ont rencontré un échec. La première tentative majeure de l`état-de transporter plusieurs Barasingha de Kanha au parc national de Bandhavgarh, en 1982-s`est avéré être un désastre.

Array ( )